Déploiement de la 5G à Paris : les écologistes dénoncent un passage en force inacceptable

Sans titre (4)

L’annonce brutale de la conclusion d’un accord entre la Ville de Paris et les opérateurs téléphoniques sur le déploiement de la 5G est choquante. Cette annonce a été faite un vendredi soir par voie de presse alors que les auditions et le travail de révision de la charte de la téléphonie mobile avec les groupes politiques du Conseil de Paris sont encore en cours. 

L’ADEME et le Haut Conseil pour le Climat qui a pointé les risques environnementaux de la 5G n’ont pas été auditionnés, ni les bailleurs sociaux qui sont pourtant les premiers concernés. “Cela s’apparente à un fait accompli inacceptable qui révèle une fois de plus une méthode de gouvernance antidémocratique et autoritaire de la Maire de Paris” déclare Fatoumata Koné, la cheffe de file des écologistes à Paris.

Sur le fond, la nouvelle version de la Charte est une régression par rapport à celle existante. En effet, les délais d’instruction des demandes d’installation d’antennes sont significativement raccourcis, empêchant ainsi la bonne information et la concertation des habitant.e.s concerné.e.s.

“Alors même que la conférence citoyenne métropolitaine, organisée à la suite d’une demande des écologistes et ayant permis l’expression de 80 Francilien.ne.s volontaires sur le sujet, a fait part de sa forte préoccupation sur la question écologique, la Charte ne prévoit aucune mesure environnementale précise, comme par exemple des engagements en termes d’évitement ou de compensation du surplus des émissions de CO2 liés à la 5G”, déclare Emile Meunier, élu écologiste qui suit les travaux de révision de la Charte.

Cette Charte est signée pour une durée de 5 ans avec reconduction tacite, sans clause de revoyure. Pourtant, l’ADEME et l’ANSES rendront respectivement un rapport environnemental et un rapport sanitaire à la fin de cette année qui permettront de mieux mesurer les impacts de la 5G.

La Charte doit encore être votée au Conseil de Paris début mars. Les écologistes vont déposer une série d’amendements afin d’améliorer significativement l’information et la concertation des habitant.e.s, ainsi que les engagements environnementaux et sociaux des opérateurs téléphoniques. “Sans modification substantielle, nous ne pourrons que nous opposer à ce texte régressif”, conclut Fatoumata Koné.

Fatoumata Koné, présidente du Groupe Ecologiste de Paris

Emile Meunier, Conseiller écologiste de Paris

Sylvain Raifaud, Conseiller écologiste de Paris

Les élu.e.s du Groupe Ecologiste de Paris

Groupe écologiste de Paris - GEP

Le Groupe Écologiste de paris

NOUS CONTACTER

N’hésitez pas à poser vos questions, nous nous ferons un plaisir de répondre à vos interrogations