En finir avec le plomb : le plan de la Ville de Paris

Ville de Paris - François Grunberg

Les 15 et 16 avril 2019, un incendie majeur survenait à la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui atteignait et détruisait la toiture et la flèche, recouvertes de plomb depuis leur construction. Cet incendie a suscité des inquiétudes liées au plomb, qui aurait pu se déposer aux alentours de Notre-Dame.  

À la suite de cet incendie, nous avons lancé en mai 2019 un ambitieux plan d’action contre le plomb. Des prélèvements ont été faits et rendus publics. Ils sont tous accessibles sur le site de la Ville.

Au-delà de l’incendie de la cathédrale, notre plan plomb vise à inventorier la présence de plomb à Paris, tout particulièrement dans l’ensemble des établissements scolaires et de la petite enfance.

Le plomb est un métal d’usage très ancien, présent dans l’environnement quotidien (anciennes peintures, canalisations, sols et poussières, etc.) et dont la toxicité est sans effet de seuil. L’ingestion de particules de plomb peut provoquer, à haute dose, une maladie neurologique grave, le saturnisme.

Le plan se concentre sur les enfants, plus susceptibles d’être atteints de saturnisme en raison de la prégnance du geste main-bouche (ingestion de particules via les mains qui ont pu toucher des poussières de plomb présentes sur le sol ou les surfaces).

Nous mettons également en place une vigilance renforcée pour lutter contre les intoxications au plomb : renforcement du suivi des enfants ayant un taux de plombémie entre 25 et 49 mg/litres de sang, sensibilisation à la question du saturnisme via les médecins et familles, enquêtes avec prélèvements dans 80 établissements scolaires.

Deux situations préoccupantes ont à nouveau marqué l’actualité récente. En début d’année le chantier de la Tour Eiffel a été arrêté, suite à des relevés importants liés au piquage des peintures anciennes du bâtiment. Puis en mai, la Préfecture de Police fermait le parvis de Notre-Dame de Paris, sur recommandation de l’ARS, à la suite de prélèvements anormalement élevés. Les causes de cette remontée ne sont pas encore identifiées.

Dans ces deux cas, la Ville de Paris a réalisé des prélèvements dans les établissements de petite enfance afin de prévenir tout risque de contamination. Ces informations disponibles ont été ou seront communiquées aux parents et sur le site de la Ville ou de l’ARS-DD75. En cas d’anomalie, des opérations de décontamination – et éventuellement des fermetures d’établissements – sont décidées par la Ville.

Courant juin, notre plan d’action entrera dans une phase deuxième phase avec des tests systématiques dans les établissements scolaires et un suivi renforcé des enfants victimes de saturnisme.

Paris est la première ville française à avoir mis en place un plan de santé publique et environnementale pour agir contre le plomb.

Ce plan est piloté par la Ville, les partenaires institutionnels et les associations : la démocratie sanitaire est primordiale pour la réussite de nos actions.

Pour plus d’informations sur la lutte contre le plomb et les prélèvements autour de Notre-Dame : https://www.paris.fr/pages/incendie-de-notre-dame-l-essentiel-concernant-la-pollution-au-plomb-7028 

Anne Souyris, Adjointe à la Maire de Paris en charge de la santé

Groupe écologiste de Paris - GEP

Le Groupe Écologiste de paris

NOUS CONTACTER

N’hésitez pas à poser vos questions, nous nous ferons un plaisir de répondre à vos interrogations