Voeu attaché à la délibération SG 5 relatif au devenir de la Maison de l’air

Conseil de Paris - Groupe écologiste de Paris
Source de la photo : Wikipédia - Zigsfy

Considérant le rôle éducatif initial dévolu à la Maison de l’air dans le parc de Belleville en lien avec son espace vert, la nature et la transition énergétique ; 

Considérant l’occupation temporaire accordée en 2017 par la Mairie de Paris à l’association « les Halles Civiques » comme une volonté de faire de la Maison de l’air un lieu de réflexion et d’innovation démocratique ; 

Considérant la forte mobilisation depuis plusieurs années des riverain·e·s et des associations quant à la nouvelle destination de la Maison de l’air ;

Considérant le vœu de l’exécutif adopté lors du Conseil de Paris des 6, 7 et 8 juin 2017, demandant l’inscription du site dans une démarche d’économie sociale et solidaire et de concertation avec le Conseil de quartier et les riverain·e·s ; 

Considérant le vœu voté à l’unanimité par le conseil de quartier le 6 juillet 2017 demandant que les activités proposées à la Maison de l’Air soient solidaires et non marchandes et relèvent de l’intérêt général ;  

Considérant le vœu exprimé par le Conseil de quartier Belleville, repris par les groupes de la majorité et adopté à l’unanimité lors du Conseil du 20e arrondissement du 11 septembre 2018, puis adopté en Conseil de Paris des 24, 25 et 26 septembre 2018, demandant la réalisation d’un diagnostic partagé  et la co-construction d’un projet autour des futures activités de la Maison de l’Air ;

Considérant le voeu de l’exécutif adopté lors du Conseil de Paris du 9 au 13 décembre 2019, demandant qu’un temps de travail autour du diagnostic de la Maison de l’air soit organisé ;

Considérant que la convention d’occupation du domaine public signée entre la ville de Paris et l’association “les Halles Civiques” a pris fin le 31 décembre 2020 ;

Considérant la présentation d’une délibération SG 5 au Conseil de Paris du 2,3 et 4 février 2021 relative Signature d’une convention d’occupation de la Maison de l’air pour la seule association Démocratie Ouverte et jusqu’au 30 juin 2021;

Considérant l’amendement déposé en Conseil du 20e arrondissement du 18 janvier 2021 par madame Danielle Simonnet et le groupe France Insoumise rattaché à la délibération SG 5 et relatif à la convention d’occupation du pavillon “Maison de l’air” du Parc de Belleville 20e ; 

Considérant que cette convention réserve un espace à la Ville au sein de la Maison de l’air pour y “exposer des informations concernant les actions engagées par la Ville de Paris sur la participation citoyenne, et y accueillir des ateliers avec les citoyens et des tests de nouvelles solutions (nouvelles politiques publiques, nouveaux outils de communication, nouveaux outils numériques,…) proposées par la Ville aux parisiens”

Considérant que dans cette même convention, l’occupant “s’engage également à permettre, 4 fois par mois maximum, l’organisation par la Ville de réunions sur des thématiques ayant trait à la participation citoyenne (budget participatif, charte citoyenne, formation citoyenne pour les détenteurs de carte citoyenne, focus groupe sur les outils numérique de la Ville, …).”

Considérant la volonté de la Ville de Paris de développer les processus de démocratie participative et d’atteindre l’objectif de 25% du budget d’investissement décidé en concertation avec les parisien·ne·s ;

Aussi, sur proposition de Antoinette Guhl, Jérôme Gleizes, Emmanuelle Rivier, Sylvain Raifaud et des élu-e-s du Groupe Ecologiste de Paris (GEP), le Conseil de Paris émet le vœu que :

  • La Ville de Paris renouvelle son engagement quant à l’organisation d’une concertation avec les riverains et les associations mobilisées sur la destination de la Maison de l’air ;
  • Cette concertation se fasse dès que possible à l’aide de moyens humains, physiques et numériques dans le respect des mesures sanitaires en vigueur et dû à la crise du COVID-19 ;
  • La Ville de Paris renouvelle son engagement quant à ce que la future destination proposée pour la Maison de l’air relève d’activités proposées à destination non marchandes ou s’inscrivant dans une démarche d’économie sociale et solidaire relevant de l’intérêt général ;
  • Que le projet  intègre un lien fort aux habitant-es du quartier,  aux familles, aux jeunes et aux enfants et qu’il y soit développé des activités en relation avec la nature compte tenu avec son emplacement exceptionnel au milieu du parc de Belleville
Groupe écologiste de Paris - GEP

Le Groupe Écologiste de paris

NOUS CONTACTER

N’hésitez pas à poser vos questions, nous nous ferons un plaisir de répondre à vos interrogations