Vœu relatif à la sanctuarisation de l’espace de biodiversité « Darse du Rouvray »

Fermeture du marché aux oiseaux
Fermeture du marché aux oiseaux
Source de la photo : Unsplash - Jan Meeus

déposé par Douchka MARKOVIC, Chloé SAGASPE, Corine FAUGERON, Fatoumata KONÉ et les élu·e·s du Groupe Écologiste de Paris (GEP)

Considérant qu’avec les bois de Boulogne et de Vincennes, plus de 500 parcs et jardins, 200 000 arbres d’alignement, la Seine et les canaux, Paris offre de nombreux écrins pour la faune et la flore ;

Considérant que près de 2 800 espèces sauvages, à la fois animales (libellules, coccinelles, écrevisses, anguilles, brochets, grenouilles, tritons, faucons pèlerins, chouettes hulottes, renards, fouines, écureuils roux, hérissons et 11 espèces de chauves-souris) et végétales (orchidées, fougères, mousses, ainsi que les plantes et arbres cultivés) ont été observées à Paris ces dernières années (observations entre 2010 et 2020) ;

Considérant le souhait grandissant des Parisien·ne·s d’obtenir de plus en plus d’espace de biodiversité dans Paris intra muros, en témoigne l’adoption en 2016 d’un projet « + de nature en ville », composé d’une quinzaine de sous-projets parmi lesquels la réalisation d’espaces de biodiversité sur le territoire municipal donnant aux Parisien·ne·s une plus grande proximité avec la nature sauvage ;

Considérant l’attente des Parisien·ne·s de voir se déployer des espaces naturels et protéger afin que les animaux puissent y vivre et s’y reproduire ; 

Considérant la volonté de la Ville de Paris, d’incarner une ville en transition capable d’affronter le réchauffement climatique ;

Considérant que le travail en cours sur l’adoption du futur Plan Local d’Urbanisme bioclimatique témoigne de la volonté de la Ville de Paris de faire de la transition écologique et de la résilience de son territoire des priorités de la mandature ;

Considérant que la thématique Nature, biodiversité et paysage a remporté plus de 5 000 votes auprès des participant·e·s à la Conférence Citoyenne sur le PLU  bioclimatique,  qui en ont fait la  deuxième thématique la plus plébiscitée;  

Considérant qu’au sein de cette thématique, les demandes de végétalisation représentent 42% des votes et les demandes de création ou protection des espaces verts ou naturels 31% des votes ;

Considérant les attentes et les recommandations d’associations de protection de l’environnement, de la faune, de la flore et de la condition animale ;

Considérant, qu’il est nécessaire de créer de nouveaux espaces de biodiversité, mais qu’il est tout aussi important de préserver les espaces déjà existants ;

Considérant que les animaux sauvages ne peuvent s’épanouir et se reproduire que dans des espaces qui leurs sont dédiés, et qu’il est nécessaire de sanctuariser des espaces naturels ;

Considérant l’existence dans le 19ème arrondissement, d’un espace terrestre et aquatique en partie naturel et préservé, nommé « La darse du Rouvray » ;

Considérant que « La darse du Rouvray » constitue une réserve ancienne de 29 espèces végétales abritant 27 espèces animales dont 9 espèces protégés au niveau national (inventaire réalisé par la Ville de Paris en 2020) ;

Considérant qu’une partie de la darse du Rouvray appartient à la Ville de Paris et que l’autre qui appartient au Ministère de l’Economie est occupée par la cité administrative de l’Etablissement Public du Parc et de la Grande Halle de la Villette (EPPGHV) ;

Considérant que les travaux prévus par l’EPPGHV dans la Cité Jardin à proximité directe de la darse du Rouvray visant à ouvrir le lieu au public, ne doivent pas porter atteinte à la zone « nature sauvage » de la darse et donc à tous les animaux qui y ont trouvé refuge ;

Considérant que la Ville de Paris (Mairie du 19ème, Direction des Espaces Verts et de l’Environnement) peut encore influer sur la teneur des travaux, et agir pour la préservation de cet espace et de ses habitants ;

Sur proposition de Douchka MARKOVIC, Chloé SAGASPE, Corine FAUGERON, Fatoumata KONÉ et des élu·e·s du Groupe Écologiste de Paris (GEP), le Conseil de Paris émet le vœu que la Ville de Paris : 

  • déclare la darse du Rouvray, zone de biodiversité sanctuarisée, et s’oppose ainsi à toute coupe de végétaux qui ne serait pas motivée par des raisons de sécurité sur les quais et qu’elle y interdise la pêche ;
  • organise la sanctuarisation de la darse en demandant à ses partenaires (EPPGHV, Ministère de l’Economie…) la mise en place d’une clôture garantissant un passage des animaux (type hérissons, etc..), mais assurant un maintien à distance des humains afin de délimiter clairement la zone protégée de la darse ; 
  • travaille de concert avec les associations de condition animale et  de protection environnementale pour pérenniser la sanctuarisation ;
  • diligente une étude afin de répertorier dans chaque arrondissement tous les espaces de “nature sauvage” qui pourraient être sanctuarisés y compris sur le foncier privé et celui des partenaires de la Ville (SNCF, bailleurs sociaux, Etat, APHP etc..) ;
  • se fixe un objectif d’espaces de biodiversité à sanctuariser d’ici 2024.
Groupe écologiste de Paris - GEP

Le Groupe Écologiste de paris

NOUS CONTACTER

N’hésitez pas à poser vos questions, nous nous ferons un plaisir de répondre à vos interrogations