Vœu relatif au maintien des activités citoyennes du jardin partagé Truillot

Considérant la volonté initiale et partagée de la Ville de Paris et de tous les acteurs locaux de créer dans le nouveau jardin Truillot une parcelle à visée pédagogique et une parcelle de jardinage partagé ; 


Considérant que les citoyen-nes qui s’engagent dans ce projet sont des partenaires privilégiés qui aident à créer du lien social, mais aussi des relais d’information essentiels pour développer la confiance et le respect entre les différents intervenant-es, usager.e.s et partenaires ;   

Considérant que la création d’un jardin partagé est une démarche qui nécessite la mise en place d’un processus collectif d’apprentissage avec l’ensemble des  acteur.rices d’un quartier ;  

Considérant que le bon fonctionnement du jardin Truillot, ouvert 24h/24h, repose en partie sur l’engagement et la présence des citoyen.ne.s sur le lieu ;

Considérant qu’une première expérience de jardin partagé a commencé au printemps 2016, portée par l’association du jardin partagé Truillot ;

Considérant que, lorsque les travaux ont commencé sur la parcelle Truillot, le jardin partagé a obtenu l’autorisation de la Ville pour déménager et poursuivre ses activités dans le jardin des moines de Tibhirine, activités cantonnées aux jardinières, avec interdiction de planter en pleine terre ;

Considérant que la DEVE a mis à disposition du jardin une « cage » pour le stockage du matériel, comme dans plusieurs autres jardins du 11ème, et non une cabane de jardin correspondant mieux à l’identité d’un jardin traditionnel ;

Considérant que l’arrivée de l’association dans le jardin des moines de Tibhirine a impulsé une réappropriation positive de cet espace ;

Considérant l’implication de l’association dans des actions de solidarités locales et d’entraide aux côtés d’autres structures intervenant dans le quartier; 

Considérant que le jardin partagé Truillot est dénommé par lui-même : « le jardin éducatif et culturel qui prend soin des autres » ;

Considérant qu’un travail d’accompagnement a été entrepris par les membres du jardin partagé auprès de personnes précaires et sans-abri ; ce qui a notamment permis à l’une d’entre elle, très investie dans le fonctionnement du jardin partagé, de retrouver du travail et un logement ;

Considérant l’autorisation donnée au jardin partagé d’investir la première parcelle à visée pédagogique au moment de l’ouverture du jardin Truillot, qui a donné lieu ensuite, jusqu’à l’été 2019, à plusieurs animations avec les crèches et les écoles, ainsi qu’avec les associations de solidarité locale du quartier ;

Considérant les confinements successifs depuis mars 2020 qui, jusqu’à aujourd’hui, ont empêché la bonne tenue des activités régulières ;

Considérant que la chute du mur mitoyen du jardin Truillot en mai 2020, puis les travaux entrepris pendant plusieurs mois pour sa reconstruction à l’identique, ont eu pour conséquence la destruction de tous les végétaux sur une grande partie du jardin, y compris sur la parcelle à visée pédagogique puisque des outils et du matériel liés auxdits travaux y étaient stockés ;

Considérant la réouverture du jardin Truillot le 3 avril 2021 et la possibilité d’investir de nouveau la parcelle à visée pédagogique par le jardin partagé, qui a donné lieu depuis quelques semaines à des activités avec les enfants, favorisant les rencontres intergénérationnelles ;

Considérant l’installation réussie du premier composteur collectif de quartier dans la rue “végétale” Lacharrière, dont la gestion a été confiée par la Mairie du 11ème en janvier 2020 à l’association du jardin partagé Truillot ; 

Considérant que le succès de l’activité de compostage a conduit l’association  à demander l’extension de ce composteur en novembre 2020 par l’installation de nouveaux bacs, mais aussi à proposer en janvier 2020 l’ouverture d’un nouveau composteur, en lien avec l’école Pihet et un collectif de parents d’élèves, dans le jardin Pihet ;

Considérant les multiples activités culturelles et pédagogiques autour des thèmes de la biodiversité et du vivre-ensemble initiées depuis sa création par l’association en lien avec les structures sociales et associatives du quartier et de nombreux partenaires locaux ;

Considérant la création sur un réseau social de la Radio Jardin Truillot pendant le premier confinement qui, en relayant les initiatives solidaires locales et en donnant la parole aux habitant.es et artistes du quartier, a permis à de nombreuses personnes de l’arrondissement de supporter cette période si particulière du premier confinement ;

Considérant que la Mairie du 11ème arrondissement a réitéré le 10 décembre 2020 son engagement et son soutien à l’association du Jardin partagé Truillot pour poursuivre ses activités de jardinage dans le jardin Truillot ;

Considérant que l’association s’est vue notifiée le 30 avril dernier le retrait du jardin des moines de Tibhirine sans que la parcelle attendue dans l’aile ouest du Jardin Truillot ne lui soit finalement attribuée ;

Sur proposition de Chloé SAGASPE, Nour DURAND-RAUCHER, Alexandre FLORENTIN, Fatoumata KONÉ et des élu·e·s du Groupe Écologiste de Paris (GEP), le conseil de Paris émet le vœu que :

  • conformément aux engagements pris, la Ville de Paris maintienne la convention avec le jardin partagé Truillot pour la coordination des acteurs sur la parcelle à visée pédagogique dans le jardin Truillot et attribue la gestion de la seconde parcelle destinée à un usage de jardin partagé, afin que l’association puisse mener les projets associatifs et solidaires déjà engagés ;  
  • l’association du jardin partagé Truillot puisse demeurer dans le jardin des moines de Tibhirine jusqu’à ce que la parcelle promise dans le jardin Truillot lui soit effectivement attribuée ;
  • la Ville de Paris reconnaisse l’association du jardin partagé Truillot comme jardin solidaire ; 
  • la Ville de Paris maintienne dans le jardin des moines de Tibhirine un espace de médiation sociale à vocation citoyenne, solidaire et inclusive, au travers de dispositifs innovants, à l’exemple d’un kiosque citoyen ;
  • la Ville interpelle l’Académie de Paris pour qu’elle mette en pratique les recommandations du Ministère de l’Education nationale invitant les enseignant.e.s à adopter des alternatives aux enseignements en classe et à « Faire classe dehors »,  afin que les enfants des écoles alentour puissent à nouveau profiter de cette parcelle comme c’était le cas les années précédentes ;
  • la Ville de Paris étende les espaces de compostage dans le quartier, en particulier dans le jardin Pihet et dans la rue végétale Lacharrière, où les attentes des habitant.e.s pour participer aux actions de compostage sont très fortes.
Groupe écologiste de Paris - GEP

Le Groupe Écologiste de paris

NOUS CONTACTER

N’hésitez pas à poser vos questions, nous nous ferons un plaisir de répondre à vos interrogations