Transformer le périphérique, un impératif sanitaire et social

Capture d’écran (206)

Le Groupe Écologiste de Paris porte l’ambition d’une transformation profonde du périphérique parisien. Il est impératif de répondre à l’urgence sanitaire causée par les pollutions, atmosphériques, visuelles et sonores, émanant du périphérique. Nous devons protéger la santé des populations les plus vulnérables, qui vivent à ses abords. 

La transformation du périphérique parisien sera un des chantiers majeurs des prochaines décennies pour la métropole parisienne. Les élu·es écologistes demandent qu’elle soit orientée autour de plusieurs axes :

  • Il est impératif d’abaisser la vitesse à 50km afin de réduire drastiquement la pollution sonore, et d’accompagner cette mesure de la mise en place d’une voie réservée au covoiturage, aux transports en commun et taxis. Cette voie sera l’héritage de la voie réservée à la circulation pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, et devra couvrir l’ensemble du tracé du périphérique. 
  • Il faut transformer le périphérique, qui est actuellement une autoroute fracturant Paris et sa banlieue, en un boulevard urbain. Il s’agit tout d’abord de réduire le nombre de voies dédiées à l’usage individuel de la voiture en harmonisant le nombre de voies, notamment en réduisant l’emprise du tronçon entre Porte des Lilas et Porte de Montreuil. A cette fin, nous devons renforcer les liaisons entre Paris et les villes limitrophes à travers l’aménagement de feux tricolores, de carrefours, de passages piétons, de voies vélos, de sites pour les bus, et de trottoirs végétalisés.
  • Afin de ne plus mettre en danger la santé des habitant·es et usager·es des quartiers aux abords du périphérique, un moratoire sur les constructions aux abords du périphérique doit être mis en oeuvre, afin de préserver les abords et talus du périphérique et de créer des grands parcs ainsi que des espaces logistiques, dont Paris et sa métropole manquent grandement. 

Nous avons pris connaissance de la position rétrograde et favorable au tout voiture de la préfecture de police de Paris. Pour rappel, les 7900 décès prématurés par an en Ile-de-France à cause de la pollution automobile font de la réduction de la place de la voiture un enjeu prioritaire de santé publique. 

Le Groupe Écologiste de Paris est mobilisé pour transformer le périphérique en une infrastructure mieux insérée, plus apaisée et respectueuse de la santé des Parisien·nes et des Francilien·nes. Il est temps d’unir Paris et sa banlieue, de faire entrer notre territoire dans le XXIe siècle. 

Fatoumata KONÉ, Présidente du Groupe Écologiste de Paris et les élu·e·s écologistes au Conseil de Paris.

Groupe écologiste de Paris - GEP

Les écologistes

NOUS CONTACTER

N’hésitez pas à poser vos questions, nous nous ferons un plaisir de répondre à vos interrogations